Pas d’interdiction pour un livre sur la femme du Président tunisien

Selon l‘AFP (01/10/200) la justice française a débouté l’épouse du président tunisien, Leila Trabelsi, qui demandait l’interdiction d’un livre à paraître comportant, selon elle, des passages diffamatoires à son encontre. Dans « La régente de Carthage », les journalistes Nicolas Beau et Catherine Graciet évoquent le « rôle déterminant » de l’épouse du président Zine El Abidine Ben Ali dans la gestion de la Tunisie et dénoncent « le silence complice de la France ». L’ouvrage est publié aux éditions La Découverte et tiré à 18.000 exemplaires, a été mis en vente jeudi.

Leila Trabelsi, épouse Ben Ali, demandait l’interdiction de la publication et de la diffusion de l’ouvrage ainsi que le retrait des exemplaires déjà en circulation, considérant qu’il comportait « des passages diffamatoires et d’autres injurieux ».

Saisi en référé, le tribunal de grande instance de Paris a rejeté mercredi 30 septembre la requête de Mme Trabelsi, considérant notamment que celle-ci « n’a pas respecté dans son assignation l’obligation qui pèse sur elle d’indiquer les textes de loi applicables à la poursuite ».

Ce défaut « met les défenseurs dans l’incapacité de savoir exactement ce qui leur est reproché et d’organiser leur défense », précise le tribunal dans son ordonnance.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :