Goncourt : les lauréats seraient astreints au devoir de réserve ?

Probablement furieux d’avoir vu le prix Goncourt à Marie Ndiaye, une bonne Française quoique puissent en penser certains, Eric Raoult vient d’inventer un nouveau concept politico-littéraire : les lauréats du goncourt seraient astreints à un devoir de réserve. Portant les valeurs de la culture française dans le monde, ils n’auraient plus le droit de porter des jugements sur la vie politique en France, quand ces jugements pourraient porter tort. A notre Président, par exemple. Il faut dire que l’écrivaine n’y va pas avec le dos de la cuiller lorsqu’elle s’en prend nommément au Président, à son Ministre de l’intérieur Brice Hortefeux, et au ministre de l’identité nationale, Eric Besson. Apparemment Eric Raoult voudrait que ces ce scandale. eric-raoult-rappelle-marie-ndiaye-a-son-devoir-de-reserve

Publicités

2 Réponses to “Goncourt : les lauréats seraient astreints au devoir de réserve ?”

  1. Jean-Pierre Vernet Says:

    Voilà ainsi que les lauréats doivent respecter « la cohésion nationale et l’image de notre pays » sous prétexte d’un prétendu devoir de réserve.

    1) Je sais bien que le devoir de réserve est un concept à la mode pour notre gouvernement car cela lui permet de bâillonner les travailleurs mécontents du service public, mais un lauréat n’est pas un travailleur du service public.

    2) Un lauréat est jugé non pas sur ses compétences en flagornerie, mais sur ses compétences à savoir bien écrire (indépendamment du contenu).

    3) Monsieur Eric Raoult confond-t-il la cohésion nationale et l’image de notre pays avec la soumission au pouvoir du dit pays ? On peut être fier d’être français, mais pas de son gouvernement. Si si ! C’est possible, très possible même.

    4) Monsieur Eric Raoult se souvient-il qu’avec de telles pensées, Victor Hugo qui était fort critique envers Napoléon, ne mérite alors ni avenue ni rue puisqu’il menaçait l’image de la nation (à moins que ce ne soit Napoléon III et ses méthodes qui ternissaient l’image de la nation — allez savoir!).

    Bref, Monsieur Eric Raoult est bien prompt à rendre jugements. Certes, la bienséance veut qu’on ne citique pas ceux qui nous complimente, mais le gouvernement est-il réellement pour quelque chose dans le choix des lauréats du prix Goncourt ?
    Bref, Cet exemple aurait tendance à me faire penser que l’usage qu’on veut faire du « devoir de réserve » ressemble bigrement à une limitation de la liberté d’expression. La preuve : on veut l’appliquer même à ceux dont le devoir de réserve ne s’applique pas.

  2. Jean-Pierre Vernet Says:

    Désolé. Je n’ai pas réussi à lire tout le discours de cet éminant député qu’est Eric Raoult. Le début étant déjà rempli de sophismes, je n’ai pas eu le courage d’aller jusqu’à la fin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :